"Vous prendrez, le premier jour, du fruit de l’arbre hadar, des branches de palmier,

des rameaux de l’arbre avoth et des saules de rivière ; et vous vous réjouirez,

en présence de l’Éternel votre D.ieu, pendant sept jours.

Vous la célébrerez cette fête pour l’Éternel, sept jours chaque année.

C’est une règle immuable pour vos générations, au septième mois vous la fêterez.

Vous demeurerez dans des Soukkot durant sept jours ; tout citoyen en Israël

demeurera dans des Soukkot, afin que vos générations sachent que c’est dans

des Soukkot que J’ai fait résider les enfants d’Israël, quand Je les ai fait sortir

du pays d’Égypte, Moi, l’Éternel, votre D.ieu."

Lévitique 23, 40-43

Ainsi, pendant 7 jours, du 15 au 21 Tichri, nous résidons et surtout nous mangeons dans une

Soukka, cabane temporaire couverte de végétation dont le toit est couvert de branchages,

appelés sekhakh. Cabane élaborée selon des règles précises, conformes à la loi juive.

Pourquoi la soukka

La soukka représente les nuages miraculeux qui entouraient le peuple juif après sa sortie d’Égypte,

lors des 40 années de la traversée du désert du Sinaï, pendant qu’il se dirigeait vers la Terre Sainte.

Ces nuages aplatissaient les montagnes et comblaient les vallées qui se trouvaient sur le chemin du peuple juif,

facilitant ainsi cette traversée.

Les nuages protégeaient également des serpents, des scorpions et des flèches ennemies.

De véritables "nuées de gloire" préservant des dangers et des désagréments du désert. Depuis, nous nous remémorons

les bontés de D.ieu et réaffirmons notre croyance en sa providence en prenant tous nos repas ainsi qu’en "demeurant" dans

la soukka, durant toute la fête de Souccot.

Une mitzva 

Lorsque nous résidons dans la soukka, nous évoquons la miséricorde infinie et éternelle de D.ieu à l’égard de chacun d’entre nous.

La mitsva de résider, de manger et de passer la plus grande partie de son temps dans la soukka (en faisant une bénédiction spéciale : « ... qui nous a ordonné de résider dans la soukka ») embrasse toute notre existence car nous y sommes entièrement investis ; chaque partie de notre corps, chaque cellule de notre personne est totalement enveloppée et absorbée par cette mitsva.

Un dépaysement chez soi

La fête de Soukkot est une des rares occasions d’impliquer toute la famille dans une expérience religieuse aussi plaisante. Chacun peut participer à la construction de la soukka ; puis, on prend les repas de fête en famille dans un environnement naturel où règne un parfum de fête et où l’atmosphère est détendue. Cette expérience est mémorable non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes, car nous n’avons pas souvent l’occasion de vivre de la sorte.

Le déroulement de la fête

La préparation 
 

construire soi-même la soukka juste après Kippour

# acheter ou offrir le set des 4 espèces le plus parfait 

acheter des vêtements et ou des bijoux à son épouse

préparer des repas de fête ; soukkot est la fête bibliquement prescrite la plus joyeuse, décrite comme « la saison de notre réjouissance » 

inviter des convives à partager un repas dans la soukka

faire davantage acte de charité

préparer un érouv tavchiline si la fête commence un mercredi soir (voir le détail sur la page consacrée à la partie avant la fête à Roch Hachana)

allumer les bougies de la fête et les placer si possible à l'intérieur de la soukka

Yom Tov ; les jours de fête

Les deux premiers jours de soukkot (le 15 et le 16 Tichri) sont Yom Tov, des jours de fête, avec toutes les lois qui se rapportent à ce statut.

Les interdictions du Chabbat s’appliquent, à l’exception de certaines tâches liées à la préparation de la nourriture : il est notamment permis de manipuler et d’allumer du feu, mais à partir d’une flamme déjà existante (cependant, il reste interdit de l’éteindre), de mettre des aliments à cuire et de faire passer un objet d’un domaine à l’autre ou de le transporter dans le domaine public.

Dans la page dédiée à la fête Roch Hachana, vous retrouverez le détail des règles relatives à tous les Yom Tov.

Hol Hamoèd ; les jours "intermédiaires" de la fête

Les jours suivants Yom Tov, appelés Hol Hamoèd sont des jours de « demi-fêtes », traduits communément par « jours de semaine de la fête ». 

Habituellement, Hol Hamoèd est le moment idéal pour de joyeuses sorties en famille. 

La plupart des activités régulières sont autorisées ; utiliser l’électricité, conduire une voiture...

 

Comment se comporter durant Hol Hamoèd soukkot ?

# manger dans une soukka

# secouer le loulav et l’étrog

# être joyeux

# ne pas mettre les Téfilines

# ne pas se couper les cheveux et se raser

Hochaana Rabba, Chemini Atseret & Simha Torah

Le septième jour de Soukkot (le 21 Tichri) s’appelle Hochaana Rabba.

C’est le jour où le jugement divin entamé à Roch Hachana est finalement tranché.

Il est donc marqué par des prières de supplications particulières dans lesquelles nous implorons D.ieu de nous juger favorablement.

Nous consommons cependant un joyeux repas de fête dans l’après-midi car nous demeurons confiants en la bienveillance de D.ieu.

C’est lors de ce dernier jour que l’on accomplit la Mitsva des quatre espèces et que nous récitons la bénédiction de la Soukka.

À l’issue de Hochaana Rabbah, la fête de Soukkot est immédiatement suivie de la fête de Chemini Atseret et Simha Torah qui est un Yom Tov.

Découvrez les détails de la fête de Chemini Atseret et Simha Torah.

Les Quatre Espèces ; les Arba Minim

La soukka est le symbole de la concrétisation de l’énergie spirituelle que nous avons attirée par

nos prières et nos efforts à Roch Hachana et à Yom Kippour. Cependant, cette énergie est

tellement transcendante qu’elle reste au-dessus de nos têtes, c’est- à-dire qu’elle est encore

éloignée de notre conscience. Comment nous en approcher ?

En accomplissant, de préférence dans une soukka, la mitsva des 4 espèces :

réunir l’étrog (le cédrat), le loulav (une branche de palmier), le hadassim (le myrte) et les aravot (le saule des rivières)

# lier les 3 végétaux (si possible avant la fête) et les prendre dans votre main droite (sauf si vous êtes gaucher)

# retirer bagues et anneaux de ses doigts avant de saisir les quatre espèces afin d'avoir aucun obstacle dans les mains

tenir l'étrog  dans le sens de sa pouce dans votre main gauche en rassemblant alors vos deux mains et si c'est le premier jour de Soukkot ou la            première fois pendant Soukkot que vous faites la mitzva, tenez-vous debout et dites alors :
    Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou melekh haolam chéhé'héyanou vékiyémanou véhiguiyanou lizmane hazéh

    Béni sois-Tu Éternel notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, nous a fait exister et nous a fait parvenir à ce moment

réciter ensuite la bénédiction suivante vers l'est :

    Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou melekh haolam achère kidéchanou bemitsvotav, vétsivanou al nétilat Loulav

    Béni sois-Tu Éternel notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifié par Ses commandements et nous a commandé de prendre le Loulav

secouer les 4 espèces dans 6 directions ; le sud, le nord, l'est, le haut, le bas et l'ouest

Cette mitzva effectuée tous les jours de soukkot en journée, excepté Chabbatest une obligation pour les hommes et préconisée pour les femmes. 

Ne pas oublier d'amener vos Arba Minim à la synagogue pour les offices du matin, nécessaires lors du Hallel et des Hochaanot.

L’unité juive est l’un des principaux thèmes de Soukkot. Les quatre espèces tenus symbolisent quatre types de Juifs, ayant différents niveaux de connaissance de la Torah et de pratique des mitsvot. Les rassembler exprime l’unité de notre nation, au-delà de nos différences.

Ainsi, dans cet esprit d’unité, veillez à ce que le plus grand nombre de personnes s’acquitte de la mitsva des quatre espèces, en particulier les premiers jours de la fête en disant explicitement à la personne à qui l’on donne son loulav pour qu’elle s’acquitte de la mitsva que ce présent est « un cadeau, à condition d’être retourné » ou en hébreu « matana al menat leha’hazir » car il est interdit de prêter son loulav mais possibilité de mise à disposition sous condition de retour.

Un bouquet  à composer 

Pour réaliser le bouquet, on place le loulav avec son épine dorsale nous faisant face et les hadassim et aravot sont attachés

à ses flancs. Il existe différentes coutumes quant à leur placement. Est répandue la coutume d'utiliser un étui en

feuilles de loulav pour assembler ce bouquet.
 

La coutume Habad consiste quant à elle à placer une aravah à la droite du loulav et la seconde aravah

à sa gauche puis de les couvrir avec trois hadassim : l’un à droite, le second à gauche et le troisième

au-dessus de l’épine dorsale du loulav, penchant légèrement à droite.
D’autres ont la coutume de placer les trois hadassim à la droite du loulav et les deux aravot à sa gauche.

Le loulav, les hadassim et les aravot sont liés ensemble avec des bandes de feuilles de loulav.

Le loulav lui-même est bagué en deux endroits (en haut des liens lui attachant les hadassim et les aravot) de sorte que ses feuilles ne s’écartent pas lorsqu’il est balancé.

Tout sur la soucca

Comment construire la soucca

à l'extérieur ; dans un endroit facile d'accès depuis votre maison ou votre appartement

sur un perron, toit, balcon, jardin, pelouse ou bien encore une cour

# veiller à ce qu'il n'y ait aucun obstacle entre la soucca et le ciel ; aucun arbre, auvent, toit qui dépasse au-dessus de la soucca

# commencer par dresser les murs puis le toit

# les murs de la soucca peuvent être construits à partir de n'importe quel matériau pourvu qu'ils soient assez solides pour résister au vent ;

   panneaux en bois, en contreplaqué ou en fibre de verre, tissus imperméables... peuvent faire l'affaire pour donner naissance aux parois de votre 

   demeure. Possibilité également d'utiliser des murs préexistants, par exemple les murs extérieurs de votre maison ou de votre garage, pour un ou

   plusieurs côtés de votre soucca

# la soucca doit avoir au minimum deux murs et un troisième d'au minimum 8 cm de large ; optez si possible pour quatre murs complets. 

    Si cela n'est pas réalisable, référez-vous aux règles suivantes :

      . en cas d'espace entre le bas des murs et le sol, il doit être inférieur à 24 cm

      . possibilité de laisser un espace entre le mur et le toit

      . un mur avec des brèches peut servir de support à la soucca à condition qu'il n'y ait pas plus de 24 cm entre chaque espace (une clôture

        construite avec des lattes horizontales ou verticales respectant cet espace peut donc être utilisée)

# la hauteur des murs doit être comprise entre 80 cm et 9,6 m

la superficie minimale d'une soucca est de 57 cm sur 57 cm ; aucune restriction quant à la grandeur

# la toiture doit être recouverte de sekhakh, c’est-à-dire de matière végétale brute coupée ; sont fréquemment utilisés des tiges de bambou,

    branchages de conifères, roseaux, tiges de maïs, tasseaux fins... Il ne doit pas y avoir d'espaces découverts de plus de 24 cm de longueur. 

    Généralement, le sekhakh est disposé sur des tasseaux de bois plus épais pour construire une charpente... 

    Tout ce qui soutient directement le sekhakh doit être d'origine végétale ; un sekhakh posé directement sur des murs ou des supports qui ne sont          pas en bois est interdit. Le sekhakh doit par ailleurs ne pas être attaché avec du fil de fer ou quelconque autre objet métallique.

placez une lampe avec un cache de protection pour la pluie

# dans de nombreuses communautés, la soucca est décorée avec des dessins représentant les thèmes de la fête ou bien encore avec des fruits frais

   suspendus aux tasseaux. La coutume Habad est de ne pas décorer la soucca car elle est elle-même considérée comme un symbole de beauté

# construire chaque année la soucca pour accomplir la mitsva et plus spécifiquement la mitzva de poser le sekhakh qui vient finaliser la structure

Le Beth Habad Marseille centre propose un service exclusif de montage de soucca à votre domicile ou sur votre lieu de travail.

Entrez en contact avec le Beth Habad pour davantage d'informations.

Manger dans la soucca

manger dans la soucca au minimum un kazaït (environ 30 g) de pain, le premier soir de la fête, entre la tombée de la nuit et la mi-nuit

préparer un repas et inviter famille et amis afin qu'eux aussi puissent participer à cette grande mitsva

manger tous les repas jusqu'à la fin de la fête dans la soucca ; certains s'abstiennent de manger et boire en dehors de la soukka

réciter la bénédiction suivante avant de manger dans la soucca tout en regardant la toiture :

   Baroukh ata A-do-naï Élo-heinou mélèkh haolam achère kidéchanou bémitsvotav vetsivanou léchèv bassouccah

   Béni sois-Tu, Éternel notre D.ieu, Roi de l'univers, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné de nous asseoir dans la soukka

     .  les deux premiers soirs de la fête, celui qui récite le Kidouch prononce la bénédiction sur la soucca à la fin du Kidouche alors que les convives la          récitent après la bénédiction sur la halla

      . cette bénédiction est récitée à chaque fois que l'on y consomme du pain, du gâteau ou tout autre aliment à base des 5 céréales (blé, orge,                    seigle, avoine, épeautre)

      . le jour de Chemini Atséret, « le 8ème jour » suivant le septième jour de soukkot, il est coutume de manger dans la soukka mais sans réciter la              bénédiction sur la soukka

L'  essentiel

 
 
 

offices | services religieux | action sociale

22 rue St Suffren - 13006 Marseille